Séjour linguistique à Lexis Corée : Témoignage de Kaelig

Âgé de 22 ans, Kaelig a décidé de partir en PVT en Corée et a choisi la capitale, Séoul, pour poser ses valises et perfectionner sa maîtrise du coréen. Il nous raconte comment il est peu à peu tombé amoureux de ce pays et sa culture !

 

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Kaelig, 22 ans, ni étudiant ni travailleur chevronné, j’étais dans une situation légèrement difficile avant de partir.

Dans quel pays es-tu parti ? Pourquoi avoir choisi ce pays ?

J’ai choisi de partir en Corée du Sud pendant un an grâce au PVT (Permis Vacances Travail). Depuis petit, j’ai toujours été attiré par l’Asie. Les arts martiaux, les paysages, la musique traditionnelle des différents pays d’Asie m’ont et me font toujours beaucoup rêver. Suite à ma situation difficile, j’avais besoin de voir autre chose et de partir à la découverte de moi-même. Après beaucoup de recherche et de décisions entre ce que je voulais faire et ce qui était faisable, j’ai fini par choisir la Corée du Sud. Les principaux facteurs qui ont influencé mon choix sont : le climat politique stable et sécuritaire (si on oublie le voisin du Nord), la « facilité » de la langue (pour moi, l’une des langues asiatiques les plus simples), la culture, la nourriture, et la société (en effet le choc culturel a été peu voire presque pas présent).

Quel programme as-tu suivi ?

J’ai choisi les cours de coréen intensifs de 25 heures par semaine, que j’ai suivis pendant 4 semaines.

Comment se sont déroulés les cours ?

La première semaine en beginner était plutôt simple car je maîtrisais déjà pas mal des notions abordées, même si j’ai du apprendre rapidement beaucoup de vocabulaire. J’ai donc demandé à changer de niveau, avec l’accord de ma professeur. Les trois autres semaines en elementary étaient plus exigeantes, surtout les cours de l’après midi, sans pour autant être insurmontables. Le rythme était cependant intensif, car je n’habitais pas tout près de Lexis et que je couplais les cours avec 4 heures de travail par jour.

Où étais-tu logé pendant les cours ? Comment as-tu trouvé ce logement ?

J’étais logé dans un hôtel où je travaillais également après les cours. J’ai trouvé le logement simplement par Booking.com. Je n’avais prévu de rester qu’une semaine dans ce logement, avant les cours, mais après discussion avec le propriétaire, je suis resté pour travailler avec lui. C’était un vrai coup chance, car d’un point de vue financier c’était extrêmement avantageux.

As-tu trouvé un petit job sur place ? Est-ce difficile ?

Comme dit plus tôt, j’ai effectivement trouvé un travail en hôtellerie dès la première semaine grâce à gros coup de chance donc je ne saurais dire si c’est facile d’en trouver un ou pas. Mais je suppose qu’avec un peu de volonté, si l’on se débrouille en coréen et si en plus on a des compétences dans un ou des domaines précis, cela ne doit pas tellement être plus dur qu’ailleurs.

Qu’est-ce que tu préfères durant ton voyage ?

Ce qui m’a tout de suite sauté aux yeux, c’est à quel point la grande majorité des choses sont très bien optimisées et pratiques en Corée du Sud (du moins à Séoul, pour le reste du pays je ne saurai dire). Bien évidemment, la nourriture coréenne reste ce que je préfère par dessus tout en Corée !

Quels sont les principaux obstacles rencontrés sur ce type de voyage, s’il y en a ? 

D’un point de vue obstacle, je n’en ai pas vraiment rencontrés. J’ai cependant dû faire avec quelques désagréments : la nécessité d’un numéro de téléphone coréen et de la carte de séjour pour certaines choses. La plus grosse contrainte pour moi est le logement : si l’on ne souhaite pas être dans les zones très étudiantes de Séoul, et dans des tout petits logements, c’est plutôt compliqué de trouver un bon logement sans une caution énorme à verser (pouvant monter jusqu’à plusieurs milliers d’euros).

Qu’est-ce que ce programme t’a apporté ? Cela t’a aidé pour la suite de ton séjour ?

Grâce aux connaissances que j’avais déjà et aux cours chez Lexis, j’ai rapidement appris énormément de vocabulaire de base et également développé ma compréhension orale. Je n’ai maintenant plus aucun mal à étudier seul, et peux entretenir une conversation simple avec les Coréens. Je n’ai plus aucun mal non plus pour commander à manger et me faire comprendre pour tous les besoins plus ou moins vitaux de la vie quotidienne. Donc, clairement, une très grosse aide

Que retiendras-tu de ce pays ? Le recommandes-tu pour une expérience de ce type ?

Je pense que c’est un ressenti purement personnel, mais dès que je suis sorti de l’avion, je me suis senti tout de suite chez moi. Je pense que ce que je retiendrai surtout, c’est la différence de mentalité des coréens vis-à-vis du travail. J’ai pris beaucoup de recul par rapport aux conditions de travail en France dont on se plaint si souvent.

Je recommanderais de voyager à tous les jeunes, peu importe le pays, mais encore plus en Corée du Sud, du fait de sa gastronomie, de l’abnégation au travail, la politesse et l’accueil de la population.

Que dirais-tu à un étudiant qui hésite à partir ?

Au vu des conditions de notre époque, je dirais à tout le monde de se lancer. En effet, il est très simple de voyager, de vivre, d’étudier ailleurs de nos jours. Et le risque encouru est plutôt faible. À part peut-être les finances, rien n’empêche de partir et de revenir si l’expérience est trop dure ou ne correspond pas à nos attentes. Je soulignerai cependant l’importance de bien prendre son temps dans le choix du pays, dans les grandes lignes du programme sur place ainsi que dans les préparatifs du voyage, d’autant plus s’il l’on part longtemps.

On dit souvent qu’un séjour à l’étranger déclenche le syndrome de l’engouement des voyages : tu confirmes ?

Pour ma part, comme dit plus tôt, je me sens chez moi en Corée du Sud, je compte plutôt essayer de rester pour l’instant.

Ton ou tes coup(s) de cœur ?

Mes coups de cœur :

– En nourriture, je dirais le kalguksu (칼국수), un plat de nouilles servi dans un bouillon.

– En voyage, je dirai Sokcho (속초) : en tant qu’amoureux de la mer, je ne peux que recommander cette ville du littoral.

– En visite, je dirais la Namsan Tower (남산 타워) : outre le côté touristique cliché, elle offre une vue grandiose sur tout Séoul, à faire de nuit ou au coucher de soleil !

Qu’as-tu pensé des services d’accompagnement de StudiesUP ? 

Je suis extrêmement reconnaissant envers StudiesUP pour votre rapidité de réponse, et la précision et la clarté desdites réponses. De plus, un vrai contact humain et d’échange. Encore merci beaucoup à StudiesUP et notamment à toi Shauny qui m’a suivi durant tout mes préparatifs !

Partager cet article
Sommaire

Mon projet d'étude à l'étranger avec StudiesUP

⚠ ATTENTION ! Toute personne n'étant pas de nationalité française, belge ou suisse, ne peut pas faire appel à StudiesUP (à l'exception d'étudiants inscrits chez une de nos écoles partenaires françaises). En tant qu'agent, nos contrats avec les universités étrangères sont limités par la nationalité et vous devez contacter un agent proche de votre pays de nationalité ou de résidence. Merci de votre compréhension.